Article du Devoir du 28 juin 2021.

Québec a octroyé un contrat de gré à gré de plus de 10,5 millions de dollars à Amazon Web Services (AWS) pour des services infonuagiques destinés à des organisations gouvernementales. Cette entente, la plus importante à ce jour, représente à elle seule plus de 15 % de la valeur de tous les contrats en infonuagique octroyés par Québec dans le cadre de sa transformation numérique, selon les calculs du Devoir.


Le mois dernier, Le Devoir avait calculé la valeur des contrats sans appel d’offres octroyés depuis janvier 2020 pour des services infonuagiques. Constat : trois géants américains — Microsoft, AWS et IBM — représentaient à eux seuls 85 % de la valeur de ceux-ci.


Le ministre Caire défend l’approche que favorise le gouvernement : «On n’est pas dans le type de contrat [de] gré à gré où quelqu’un dit à une entreprise : “Tiens, je signe un contrat avec toi.” Toutes ces entreprises ont répondu à un appel de qualification.»

C’est bien là le problème: lorsqu’il n’y a pas d’autres critères que celui du moins cher et du plus performant (souveraineté sur les données et sur l’infrastructure? développement et valorisation de l’expertise d’ici? …).